Rêveries autour de la langue

Je traverse le territoire des langues comme on traverserait un désert
                        en écoutant les sons
                                                créés dans le silence,
en quête de l’étoile bleue, brillante,

Je glisse
            sur les traits multiples du temps
                                                je lisse
                                                les courbes du tissu temporel
j’arrange
            les espaces infinis velours rouge foncé
                        Et
            je tombe
                        dans les bras de la lettre “U”
                                    que dans mes quêtes j’ai
                                    oubliée

 Mes rêves sont hantés
par la résonnance
émotive des mots, des images

 écume
L’écume se languissant
sur les vagues paraît telle une dentelle
fine
imperceptibly
He stands behind her and touches her naked shoulder almost imperceptibly
                          Il se tient derrière elle et touche son épaule nue presque imperceptiblement
            vision
I am but a fleeting vision at the corner of your eye dancing
Je ne suis qu’une vision brève dansant dans le coin de ton oeil
                                                            plumes
The city receives her, enfolds her in its soft feathers
La ville l’envoûte dans ses plumes douces
petals
watching thoughts unfold like petals
regardant les pensées s’ouvrir comme des pétales de fleur
ambre et jasmin
respirant les parfums d’ambre et de jasmin

Pendant que je joue à mes jeux linguistiques,
la Langue continue à tisser son tissu,
elle tisse le masculin,
le féminin,
le neutre,
Quelquefois je galope derrière elle,
Quelquefois
elle trottine derrière moi
derrière-devant devant-derrière
La course est folle, il y a qu’un survivant,
il faut rattraper le Temps,
Ma langue et moi, nous ne courons jamais
ensemble

Je m’abandonne
                        à son étreinte mortelle,
danse acrobatique sur le fil du Temps-Espace,

mon corps suit le mouvement
des pulsations de la vie,
la mémoire se réécrit,
les sensations s’impriment,
reflétées dans le miroir
de mon esprit,
dans l’espace

de la métaphore et de la métonymie

Je tombe de nouveau
                        dans l’étreinte du son “U”
            que dans mes quêtes
                                    j’ai oublié,

que dans mon oubli
j’ai quêté

Rêveries

(Published in The Still Point Journal, nr.1, November 2015)

Advertisements